Skip to content

Céline de Roany

LES BEAUX MENSONGES 

Première enquête de Céleste Ibar, ancienne de la BRI devenue capitaine de police à la PJ de Nantes après un drame qui l’a profondément marquée. Premier roman d’une future grande signature du polar.

Publié en autoédition en 2019 sous le titre Special K, ce roman a concouru au Grand Prix des Enquêteurs Robert Laffont/Le Figaro Magazine, où il a été finaliste

En librairie le 23 septembre 2021

Presses de la cité Logo50pc
Les_Beaux_Mensonges33

Céleste Ibar a quitté Paris et la BRI, où elle avait passé dix ans, après une agression d’une brutalité extrême. Souffrant de séquelles, meurtrie dans sa chair, portant sur son visage défiguré les stigmates d’une violente séquestration, elle rêve de retrouver une vie normale et sereine.

A peine arrivée à la PJ de Nantes pour prendre son nouveau poste de capitaine de police, elle est mise au ban car elle a arrêté un homme en flagrant délit de violence maritale sans savoir que c’était un collègue. On l’envoie constater le suicide d’une riche industrielle de la bourgeoisie nantaise, Anne Arnotte. Une affaire qui semblait banale. Mais tout se révèle troublant : des objets qui manquent, la victime violentée et son corps marqué d’une étrange manière. Et sa fortune léguée à un inconnu. Céleste devra imposer sa personnalité particulière, son style acéré qui masque une profonde humanité. Elle déterrera malgré elle des secrets profondément enfouis, qui continuent de hanter les vivants. Et découvrira la part très obscure d’un monde où les apparences règnent, où les apparences tuent.

Editeur : LES PRESSES DE LA CITE
EAN : 9782258195820
Nombre de pages : 496
Façonnage normé : BROCHE
Format : 140 x 225 mm

A propos des Beaux Mensonges

Un bijou !
Happée dès les premières lignes, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman quand je n’avais pas le choix.
Le style fluide de l’auteure, l’intrigue, les personnages, l’ambiance tout est excellent.

@mariebarbillon

On a aimé les beaux portraits de femmes, fortes et fragiles à la fois, touchantes et humaines dans leurs contradictions apparentes.

Ouest France

Commentaires

La copie n\'est pas permise.